ROUTENS TEAM 2012

samedi 21 juillet 2012

Le Tour 2012

Ca y est le Tour 2012 est terminé! Enfin presque puisqu'il reste l'étape ou plutôt le défilé des Champs Elysées où l'on devrait y retrouver un sprinteur brandissant ses poings au ciel! Mon pronostic? Cavendish au vue de sa démonstration à Brive La Gaillarde! 

Au travers de cet article, je souhaite faire le bilan de ce tour 2012. L'étape de demain ne changera pas grand chose à moins d'une surprise ce que je ne pense pas. 


Le tour de...l'ennui

Lorsque le parcours de ce 99ème tour de France est sorti en octobre dernier j'étais sceptique! Puis au fur et à mesure de l'avancée de la saison cycliste 2012, j'annonçais clairement que ce parcours était terne. Trop peu d'arrivées en altitude! Les organisateurs ont préféré faire la part belle aux nouveautés avec la Planche des Belles Filles par exemple! Excellente initiative même si je pense qu'il aurait fallu le faire en se reposant sur des "classiques"! Outre Peyragudes et La Toussuire rien de bien intéressant! Quel est l'intérêt de mettre un col comme le Grand Colombier aussi loin de l'arrivée. De plus, le kilométrage de contre la montre était selon moi trop démesuré! Autant l'an passé il n'y en avait peut être pas assez mais cette année nous sommes tombé dans un autre extrême. 

Le parcours, bien triste, de l'édition 2012



Par la suite, je me suis convaincu que les purs grimpeurs se devait d'attaquer de loin afin de prendre du temps sur les "rouleurs grimpeurs". Cependant, l'absence du Pistolero espagnol ainsi que le forfait du grimpeur luxembourgeois Andy Schleck est venu renforcer ce pressentiment d'ennui! Qu'on les aime ou non ces 2 coureurs nous offrent du spectacle depuis 2008-2009 sur les grands tours contrairement à d'autres coureurs sans panache! 

Contador et Schleck lors de l'édition 2010, l'une des plus belles à mes yeux


Certaines personnes, qui se reconnaitront, affirmaient que c'était les coureurs qui faisaient la course et la rendaient intéressantes! Peut être mais il ne faut pas oublier que c'est le parcours qui avant toute chose va conditionner le comportement des leaders! Franchement, on s'est ennuyé sur ce tour! Outre les coups d'éclats français et les attaques du Requin de Messine, Vincenzo Nibali, nous n'avons pas eu grand chose à se mettre sous la dent! Les parcours proposés depuis plus de 10 ans favorisent considérablement les coureurs de la classe de Wiggins, Evans et Indurain si l'on remonte quelques années en arrière! Des parcours taillés pour ces rouleurs suiveurs! Des athlètes assommant la concurrence en contre la montre et restant sagement dans les roues dans les ascensions! Et ce Tour 2012 n'aura pas dérogé à la règle! 

Le Indurain des années 90 aurait remporté ce Tour sans problème!


Sky et...les autres

Une chose est certaine: Sky aura éclaboussé la course! L'équipe britannique aura même écrasé la concurrence au point de nous faire oublier la grande équipe "pharmaceutique" US Postal! Wiggins n'a eu qu'à suivre en montagne pour remporter ce Tour! Seul son "fidèle" lieutenant lui aura fait peut être grimper les pulsations dans les cols! Un Froome au dessus en montagne mais un ton nettement en dessous dans les chronos! Wiggo n'et pas paru inquiet au cours de ces 3 semaines de course! Je pense, avec du recul, que Froome n'aurait pu le battre sur ce tour. Il aura dominé de la tête et des rouflaquettes son affaire, ridiculisant la concurrence! Malgré son manque flagrant de panache, le "maigre" britannique mérite amplement sa victoire! Il s'est préparé depuis 2 années avec le Team Sky dans l'optique d'être le premier britannique a remporté le Tour! Objectfif atteint et même pulvérisé puisqu'il sont deux aux deux première places! De même, au vu de sa saison 2012 il est le coureur qui mérite le plus sa victoire sur les routes française! Enfin, son charisme aura fait l'unanimité! 
Et que dire de son dauphin et équipier! Tout aussi maigre certes mais éclatant de facilité dés que la route s'élève! Ce sera donc 6 victoires d'étapes (avant les Champs Elysées), les deux premières places du général! Good job guys!

Une formation tout simplement au dessus du lot

Un doublé 100% british


Où sont les autres?

Mais où sont les autres leaders? Loin très loin! Le premier est celui qui aura tenté le plus! Vicenzo Nibali est un coureur avec du panache en témoigne son raid solitaire lors du Tour de Lombardie la saison dernière! Le sicilien aura essayé et n'aura pas démérité mais c'était mission impossible face à la machine britannique! Au rang des coureurs qui auront "dynamité" la course, on retrouve le belge Van Den Broeck qui avait fait du Tour son objectif de la saison! Dommage pour le belge qui terminera au pied du podium à plus de...10minutes de Wiggins! Pour le reste, rien de bien passionnant outre Pierre Roland et Thibaut Pinot! Zubeldia n'aura jamais tenté quoique ce soit! Idem pour Brajkovic qui confirme qu'il est limité sur les courses de 3 semaines et que dire du vainqueur sortant? Tout simplement à la ramasse! 

Le requin de Mecine aura été l'un des rares a tenté de déstabiliser Wiggins

VDB encore un ton en dessous


Evans ou la grande déception

L'australien a complètement raté son Tour! 7ème à près de 16min de Wiggins! Décevant pour un vainqueur sortant. Seul tentative? Son attaque dans le col du Glandon où il s'est mis dans le rouge! Sans son coéquipier américain, Tejay Van Garderen, la note aurait pu être davantage salée. Pourtant on sentait le coureur Aussie en forme lors du Critérium du Dauphiné malgré son retard sur l'épreuve chronométrée. Evans est vraiment l'une des grande déception de ce Tour où il n'aura pas pesé sur la course.

Evans loin d'être inquiétant cette année

Les autres déceptions

Au rang des déceptions comment ne pas citer l'armada Américano Luxembourgeoise! La Radioshack Nissan Trek a déçu malgré sa victoire au classement par équipe. Heureusement que Cancellara était au départ sinon cela aurait été un réel fiasco. Incapable de faire quoique ce soit en montagne, des choix tactiques incompréhensibles. L'exclusion de Frank Schleck est venu davantage ternir l'image et l'ambiance de l'équipe. Seul rayon de soleil? Tony Gallopin a montré qu'il va falloir compter sur lui dans un futur très proche! Quelle classe! L'une des images qui m'aura le plus marqué est le moment où Haimar Zubeldia est passé dans le Peyressourde à hauteur de Klöden sans que l'Allemand ne le regarde! Il l'a même lâché sans l'attendre! Alain Gallopin nous dira que c'était la tactique! Difficile à croire! Le coureur Allemand aura davantage été présent sur Twitter où il a passé un temps inconsidérable à râler ou se plaindre! Vivement la retraite Monsieur Klöden!

Cancellara ou l'un des rares rayons de soleil de RNT


Comment ne pas parler du "Tsar" Dennis Menchov! 15ème du général! Ces jambes ne sont plus aussi incroyables que par le passé! Le Russe a traversé le tour comme un fantôme!  Coppel fait parti des déceptions! Il ne finit même pas dans le top 20, tombé malade dans la dernière semaine ce qui ne pardonne pas sur ce genre de courses!
Taaramae et Leipheimer sont aussi les 2 autres déceptions de ce tour! Le jeune Estonien n'est pas capable de franchir la cap! Dommage! 
Et que dire de Philippe Gilbert qui disposait selon toute vraisemblance d'un terrain de jeu adapté à ses prédispositions en première semaine! 

Au rang des flop, les équipes Saur, Vacansoleil, Orica Greenedge, Argos Oil, Cofidis et Lampre! C'est comme si on ne les avait pas vu du Tour! Hormis peut être la Cofidis qui pourra se vanter d'avoir la une des journaux avec l'affaire Marseillaise Di Gregorio! 

Et les français alors?

Quel beau tour des français! On va essayer de ne pas être aussi chauvin qu'un certain Thierry Adam qui ne jure que par eux! Mais les coureurs français auront été présents durant ces 3 semaines! Tout d'abord, Sylvain Chavanel qui aura été  à l'avant toute la première semaine bien qu'il n'est pas réussi à concrétiser l'affaire, trop bien placé au général! Ensuite les victoires d'étapes avec la grande révélation, pour les non suiveurs du cyclisme, Thibaut Pinot! 22 ans, premier Tour de France, 1 victoire d'étape et un Top 10 à Paris! Devant les meilleurs coureurs du Tour lors des arrivées en Altitude! Ce n'est pas forcément une surprise au vu des deux dernières saisons! Il confirme que c'est un futur grand champion! 
Un grand bravo à Pierre Rolland qui confirme son Tour 2011! 1 victoire d'étape à la Toussuire sur l'étape la plus dure, et une belle 8ème place à Paris! Je ne donnais pas chère de lui et pourtant il aura été éclatant! Fedrigo qui confirme que c'est un coureur de classe! Quand il était dans l'échappée je savais qu'il ne raterait pas l'occasion! Et enfin, le chouchou des français (pas le mien forcément), Thomas Voeckler, malgré son problème de genou, a fait un super tour avec ses 2 victoires d'étapes et le maillot à pois! Bravo les frenchies!

Thibaut Pinot

Pierre Roland

Pierrick Fedrigo

Thomas Voeckler


Les grandes révélations

Quel plaisir de retrouver Tejay Van Garderen à ce niveau! Rien d'étonnant quand on connait le garçon mais il confirme que c'est un gros moteur et qu'il va falloir compter sur lui dés la saison prochaine! 
Et enfin, un grand bravo à Peter Sagan, qui pour son premier tour, a eclaboussé de toute sa classe l'épreuve! Alors certes certains diront que c'est LA révelation du Tour mais quand on suit un peu le vélo on ne pouvait que se douter qu'il réaliserait de telles performances! Il a juste confirmé son énorme talent et aura surtout apporté un peu de fraicheur au Tour de France!

Sagan court plus vite que les autres

Tejay Van Garderen confirme tout le bien que l'on pensait de lui en finissant 5ème et meilleur jeune du Tour 2012


Ce qu'il faut retenir du Tour 2012

Tout d'abord je retiendrais l'extrême domination du Team Sky! Certains débattrons sur l'honnêteté des performances de l'équipe. Personnellement, je pense que le débat est inutile tant l'adversité n'aura pas été franchement à la hauteur! Outre l'anormale maigreur des duettistes, les performances en montagne n'avaient rien de surhumain contrairement à d'autres éditions! 
On pourra retenir l'excellent Tour des français! Présent sur tous les terrains hormis le sprint! 5 victoires d'étapes et 2 coureurs dans le TOP 10! Cela faisait longtemps que l'on avait pas assisté à de telles performances. 
On peut aussi retenir la pauvreté de ce parcours! Je suis pour les nouveautés mais pas au détriment de la montagne! Ce parcours était assez ennuyeux dans l'ensemble! Certains diront qu'il faut que le tour passe partout! Oui mais au détriment du spectacle? Messieurs les organisateurs prenaient exemple sur la prochaine Vuelta ou le Giro certes extraterrestre de la saison passée. 
Enfin je retiendrai surtout l'extrême nullité de l'équipe déployée par France Télévision! Nous avons touché le fond entre les interventions toujours aussi inutiles de Monsieur Adam, l'après Tour animé par Monsieur Holtz mais surtout le Godard Show. Ce dernier ferait bien d'apprendre les bons prénoms et noms des coureurs afin de nous sortir des résumés d'étapes bien meilleurs! Grand respect à Laurent Jalabert qui aura supporté 3 semaines durant Thierry Adam! Chapeau! C'est une victoire en soit! Cela aura fait les affaires d'Eurosport qui contrairement à la chaine publique a su s'entourer d'une équipe de spécialistes sous la houlette d'un Guillaume Di Grazia tout simplement impeccable! 



vendredi 20 juillet 2012

Championnat de France à Rochechouart

Le dimanche 15 Juillet 2012, j'ai pris part au championnat de France Ufolep à Rochechouart en haute Vienne. Le circuit ne paraissait pas trop compliqué sur le papier hormis la bosse d'arrivée qui semblait un peu difficile. Mais sur le terrain tout était différent. Tout d'abord du vent et même de la pluie mais surtout la bosse d'arrivée faisait environ 800-900m dont environ 600m à 17%. Les deux autres côtes faisaient respectivement 1km100 et 900m à 5 et 7%. Rien de bien difficile mais placé après un virage à 90° et un flip flap, les relances étaient terribles.

Pour être sincère lorsque j'ai vu la bosse la veille, je n'étais vraiment pas confiant. Je ne passe bien ce genre de côte, trop pentue et trop longue. De plus, je n'étais pas serein à cause de mon genou. Lundi je ne pouvais plus marcher tant la douleur rotulienne était insupportable. J'ai pu rouler tranquillement mercredi et jeudi. En fin de semaine, je n'avais absolument plus mal, mais est-ce que la douleur n'allait pas se réveiller?

Le départ se fait vers 14h10 en raison d'un coureur qui a cassé sa pédale juste avant le départ. Je suis en 6ème ligne environ, dossard 50. 150 coureurs sont au départ avec notamment le tenant du titre. Dés le début ça frotte terriblement mais en jouant des coudes je parviens à remonter en tête de peloton au bout de 2-3 km. Arrivé à hauteur de Julien, je lui dis que ça va aller au tas. Et 5kms plus loin cela arriva, un rétrécissement et ça tombe devant et à côté de moi. 2 coureurs me percute sur le côté mais je parviens à éviter la chute in extremis. Je fais le forcing pour rentrer sur le peloton. Au pied de la première bosse je fais la jonction mais j'y ai déjà laissé beaucoup de jus. La deuxième bosse se passe bien. Arrive alors la terrible côte d'arrivée et le moins que l'on puisse dire c'est que ça monte très vite. Je bascule en dernière position d'un peloton de 70-80 unités. Je me repositionne en milieu de paquet mais à l'entame de la bosse numéro 1 je me fais déborder de toute part. J'essaie de reboucher les quelques trous laissés par quelques coureurs mais je finis par exploser sur le sommet. Je vais ainsi faire 4-5 kms avec le peloton 100m devant. Et là ma douleur au genou se réveille dans la bosse 2. J'ai du mal à plier la jambe gauche. Tant pis je continue de forcer et me dis que ça va passer. A l'entame de la bosse finale, je rattrape des coureurs lâchés.



Moi au départ!

Julien concentré.

Le départ du championnat, Julien Dossard 3 et moi dossard 50.

Au fil des tours, se forme un deuxième peloton où je retrouve Florent Ligney. Nous serons environ 50 coureurs a roulé derrière le peloton de tête. Enfin, nous sommes seulement 10 coureurs a faire l'effort. Certes devant ils étaient loin mais tout le monde aurait pu faire l'effort. Enfin bref c'est le vélo!

Je vais ainsi faire 70 kms avec le genou bloqué par la douleur. Ce championnat devient un vrai clavaire. Je pense même à abandonner à 2 tours de la fin. Mais je me dis qu'un championnat national se respecte et je décide de continuer d'autant plus que malgré la douleur je me sens de mieux en mieux dans la bosse d'arrivée. Arrive alors le dernier tour au cours duquel un coureur attaque pour aller chercher une 50ème place. Ce coureur a passé toute la course à vociférer tel un cochon n'ayant plus mangé pendant des semaines. Je pense qu'il a dû bouffer beaucoup d'énergie à brasser du vent comme il l'a fait! Bref le genre de mec insupportable! 
Ca accélère dans la bosse 2, nous sortons à environ 20 coureurs. Dans la bosse final, je rattrape Julien qui aura fait 5 tours avec les meilleurs et qui paye malheureusement cash l'ensemble de ces efforts. 10-15 coureurs se jouent la gagne devant un peloton de 20-25 coureurs. J'arrive dans le groupe derrière où je produis mon effort assez tôt dans la bosse. Je fais le trous à hauteur de Julien et me retrouve en 5ème place de mon groupe. Et à 200m de la ligne je me fais déborder par pas mal de personnes dont la plupart n'ont pas mis le nez à la fenêtre de toute la course, comme d'habitude.

Le premier tour!

Julien a tout passé assis en mode Wiggo!






Je finis ainsi à la 65ème place (j'arrivais pour la 55ème), 2 places devant Julien qui aura craqué sur les deux derniers tours! Il n'a pas été récompensé de ces efforts car il méritait bien mieux que cette place. Après la course, je suis incapable de marcher, le genou est trop douloureux.
J'ai notamment passé des examens mardi dernier qui ont révélé une inflammation et un saignement du cartilage rotulien. 3 semaines de repos forcé! Apparemment, cette inflammation est apparue bien avant l'étape du tour et s'est amplifiée suite à cette épreuve ce qui peut expliquer mes douleurs dans La Toussuire et le Mollard.

Le bilan est très moyen dans l'ensemble. Je suis complètement passé à côté de mon mois de juillet et ce à cause de cette blessure s'expliquant par du surentrainement mais aussi par un manque de fraicheur certain, l'échec est mon maitre parait-il. Je suis passé à côté de mon Etape Du Tour et du championnat! Sur un parcours similaire à celui de l'an passé j'aurai pu faire largement mieux mais sur celui de cette année je suis à ma place. 

Place au repos maintenant! Je vais me concentrer UNIQUEMENT sur les chronos de fin de saison dorénavant. 
Je tiens à féliciter les organisateurs pour ce championnat! Mais aussi Samuel Pinjon, CC Gillonay, pour son titre de champion de France cadet! Bravo! Mais aussi Jerôme Giraud de Villard Bonot pour son podium en 30/39ans amplement mérité suite à son excellente saison! Il court tous les WE avec nous et nous met à l'amende à chaque fois. Je remercie toutes les personnes qui nous auront encouragé Julien et moi!


lundi 9 juillet 2012

Etape du tour Albertville - La Toussuire

Le grand jour est arrivé! Dimanche 08 juillet 2012! L'étape du tour Albertville - La Toussuire et ses 152 kilomètres, 5000 m de dénivelé positif soit 70 kilomètres d'ascension avec la Madeleine, le Glandon, la Croix de Fer, le Mollard et la montée de La Toussuire. Un beau programme! Un parcours taillé pour les grimpeurs. 9000 coureurs au départ!

Le reveil sonne à 4h dimanche matin. Je prends la direction d'Albertville et arrive sur place à 5h15. Je me prépare tranquillement alors que la pluie fait son apparition! Ca sent la galère à plein nez. De l'huile sur les jambes pour limiter la pluie sur celles-ci, je m'habille et prends la direction du 2ème SAS et là surprise je suis l'un des premiers à débarqué! Il y a 2 ans en arrière mon SAS était déjà plein. La pluie semble avoir freiner les coureurs. Je pose mon vélo et me mets à l'abri. La pression monte progressivement à la vue des coureurs qui arrivent dans mon SAS. Je décide alors d'y entrer définitivement. Le départ est donné aux alentours de 07h05 pour notre SAS sous une belle pluie. L'approche du pied de La Madeleine se fait à une allure très rapide, nous rattrapons déjà des coureurs du premier SAS. Je suis derrière un coureur qui zizague un peu trop à mon goût, je le double et 1min plus tard il se met au tas avec un autre coureur. Ouf!

5h du matin! "Only man in the world"

Le stress du départ.

Le pied de La Madeleine se monte vite, je suis mon peloton et décide de lever le pied. Je me retrouve alors avec le champion de France Médias. Puis je fais la connaissance de Jean Eudes Demaret, professionnel chez Cofidis, qui fait l'EDT avec sa femme. En tout cas c'est quelqu'un de très sympa, humble. Je lui souhaite tout mon courage dans son combat! Dans la Madeleine je reviens sur Nicolas Bonnefond, grimpeur reconnu dans la région Grenobloise, avec qui je fais l'ensemble de l'ascension. A 4 kms du sommet j'aperçois la tête de course. Un peu plus loin je me fais dépassé par un coureur d'AG2R La Mondiale, un fossé entre nous! Ca monte très très vite! Je m'arrête 2-3 min au sommet pour recharger les bidons et boire un coup et là je m'aperçois qu'ASO a mis son dispositif pour chronométrer notre ascension plus loin. N'importe quoi! Je suis alors aux alentours d'1h40 d'ascension pour la Madeleine soit à peu près le même temps qu'il y a 3 semaines alors que je m'étais promis de la monter moins vite. La descente se fait sur route mouillée et à vive allure sous l'impulsion de deux coureurs du Team Type 1 Sanofi. Je me fais décrocher ne voulant pas prendre de risques.

Passage à la Chambre



La vallée se passe bien. Ca roule à bloc pendant les 10 kilomètres et nous rattrapons le groupe qui m'a lâché dans la descente. Arrive alors le GROS morceau de la journée. Le col du Glandon, le genre de col que je déteste au plus haut point! Au début de l'ascension je suis obligé de m'arrêter pour satisfaire un besoin personnel. Je vais lâcher le groupe avec lequel j'étais et surtout perdre 4 bonnes minutes dans l'affaire mais je ne pouvais pas faire autrement. Je repars alors et recroise les deux coureurs du Team Type 1 qui font la montée tranquillement, nous discutons pendant un petit kilomètre en anglais. Puis je décide de monter à mon rythme. Arrive alors le ravitaillement où je m'arrête une nouvelle fois. Mon expérience l'an passé du tour de l'ain où j'ai roulé sans eau 40-50 kms est restée ancrée dans ma mémoire. J'aurai fais tout les ravitaillements sauf celui de la Chambre. Arrive alors les 3 derniers kms avec de grosses rafales de vent. Et comme prévu j'explose! Je ne parviens pas à franchir un cap dans ce genres de pourcentages! Je suis collé à la route mais parviens à rattraper du monde! Des mecs surtout très maigres! Des grimpeurs qui se font rattraper par un non grimpeur, c'est que je ne dois pas être trop mal finalement. 
En haut de la croix de fer je m'arrête un long moment (environ 5-6 min) pour faire le plein d'eau et surtout manger parce que je commence à avoir faim. je vois beaucoup de coureurs me passer devant mais tant pis! Je suis aux environ de la 450ème place en haut de la Croix de Fer. Je me lance dans la descente que je fais très doucement, je m'étire, m'alimente et attaque dans la foulée le col du Mollard. Je le passe bien dans l'ensemble. En haut l'organisation m'annonce que je suis 480ème. Je m'arrêtes à nouveau un bon moment pour boire et refaire le plein. Puis je me lance dans la descente où je rattrape une bonne vingtaine de coureur. J'ai adoré cette descente, quel régale de la faire sur route barrée. 

Un dernier arrêt au ravitaillement où je fais le plein en aliment et en eau. Je fais alors connaissance avec Jean-Luc Botto qui me suivait sur Twitter. J'attaque alors La Toussuire sous un soleil de plomb. Je gère la montée du mieux que je peux mais m'en sors pas trop mal jusqu'à Villarembert où je sens que le moteur chauffe du fait de la chaleur. Je m'arrête à un point d'eau où je refais le plein en eau et surtout où je plonge la tête entière dedans. Philippe du club vient de me reprendre et me dis de m'accrocher peu avant Corbier mais je lui dis de filer. Je préfère rouler à mon rythme dans une ascension. Arrive alors les 3 kms difficiles au niveau de Corbier où je commence à faiblir. Je m'accroche comme je peux mais les crampes ressenties depuis le Mollard ne semblent pas vouloir me lâcher. C'est de plus en plus dur! Arrive alors les 3 derniers kms où j'aperçois la flamme rouge. On m'annonce que je suis 520ème. A 1,5kms de l'arrivée je remets la plaque et donne tout, je rattrape environ une vingtaine de coureurs! Je donne tout et sprinte dans les 300 derniers kilomètres, je franchis la ligne crampé et complètement cuit mais relativement content. Des personnes me pousse pendant quelques mètres car je suis incapable de donner un coup de pédale. Mes jambes sont raides. Je dois franchir la ligne aux alentours de la 500ème place.
Le village  Le Corbier

Le dernier kilomètre!


J'accompagne Julien quelques mètres lors de son arrivée.

Julien et moi pour le souvenir!



Bilan:

Je termine cette étape du tour en 7h46, temps ASO comprenant les arrêts. J'ai dû dans l'ensemble m'arrêter environ 10min voir un petit plus, je n'ai bénéficié d'aucun ravitaillement personnel contrairement à d'autres mais ça fait parti du jeu. Sans ces nombreux arrêts (ravitos, ...) j'aurai pu gagner 70-80 places et accrocher le top 500. Je finis en effet 587ème du fait des coureurs qui sont partis derrière dans d'autres SAS. Sur la ligne j'étais bien aux portes du Top 500. Je suis content dans l'ensemble de ma course même si j'ai une pointe de déception car j'ai perdu beaucoup de places inutilement. Je m'étais fixé un objectif entre 07h15-07h30 et sans les arrêts j'y suis très proche. Au niveau de la place j'espérais accrocher une place entre 400-500 finalement sur la ligne j'y étais. 

Ce que je peux dire c'est que cette EDT confirme bien quelque chose. Je savais que je n'étais pas un grimpeur et ça s'est confirmé au cours de cette journée. Je parviens à m'exprimer davantage sur de vraies courses rythmées, vallonnées où il n'y a pas de place pour les petits détails comme les ravitaillements, où tout se fait généralement à la pédale. Je parviens aussi à m'exprimer davantage sur les contre la montre. 
Deuxième leçon, on ne peut courir 2 lièvres à la fois. Mon mois de juin était basé sur l'EDT et le championnat de France de dimanche prochain et j'ai pu constater au cours de ce mois qu'il était difficile voir impossible de préparer les deux parallèlement. Je me suis davantage concentré sur les France, je l'ai payé clairement sur l'EDT et je vais peut être même le payer la semaine prochaine par manque de fraicheur physique mais surtout à cause d'une rotule très douloureuse au moment où j'écris ces lignes. 
Richard Lavernhe, mon ami, est le parfait exemple du coureur qui a préparé cette EDT de la meilleure des manières. Ces 2-3 derniers mois il a peu couru mais s'est préparé sérieusement pour cela. Le résultat est sans appel, 55ème sur la ligne et 62ème classement ASO. Bravo!

L'arrivée de Richard


Un grand chapeau à Robin Cattet qui s'impose en solitaire avec 8 minutes sur le deuxième. Quand je suis arrivé à Grenoble il y 2 ans il dominait déjà de la tête et des épaules les grimpées. 

Je pense que cette Etape du Tour sera la dernière pour moi. Ce type de course ne me correspond pas du tout! Je préfère les parcours plus vallonnés du type Corima, Specialized où les bosses se montent sur la plaque. 

Un dernier paragraphe pour mon "Keupin" Julien qui a souffert sur ces routes! Comme moi il a embrayé dans La Madeleine et l'a payé par la suite. Une journée galère pour lui! Il termine en 8h à la 820ème place. Mais connaissant le monsieur la semaine prochaine il va falloir compter sur lui d'autant plus qu'il aura le dossard 3 sur le championnat de France et il sait gérer ce genre de RDV.